DCI - stupéfiants/méthylphénidate

vendredi 25 septembre 2015
Retour à l'aperçu

Tout récemment, la firme Shire a envoyé une circulaire stipulant que “la prescription sous DCI n’est pas possible pour le méthylphénidate”. Pour affirmer ceci, la firme se base sur la brochure DCI de l’AFMPS et CBIP. La conclusion non nuancée que la firme tire de cette brochure n’est en réalité pas correcte.

La brochure DCI de l’AFMPS et CBIP donne en effet aux médecins la recommandation générale de ne pas prescrire de substances stupéfiantes sous DCI, mais elle ne contient aucune interdiction à proprement parler. Quand le médecin choisit de prescrire sous DCI, il doit alors effectivement veiller à ce que les obligations concernant la prescription correcte de stupéfiant soient respectées (écrire à la main, mentionner le dosage et nombre d’unités en toutes lettres, ...). Lorsque ces conditions sont remplies, le pharmacien peut alors délivrer le stupéfiant, et ceci en prodiguant le conseil approprié au patient dans le cadre des soins pharmaceutiques.

Nous pouvons retrouver la motivation du médecin à prescrire en DCI dans la réglementation INAMI. En effet, en cas de récipé prescrit sous DCI, le pharmacien peut éventuellement être amené, depuis le 8 février 2010, à délivrer plusieurs conditionnements, ce qui n’est pas le cas pour une prescription effectuée sous nom de marque. 

 

Méthylphénidate, “NO DCI”?

Dans la “source authentique DCI”, l’AFMPS/CBIP mentionne, pour certaines substances actives, si elles sont ou non indiquées pour une prescription sous DCI. Ceci se passe au moyen d’un indicateur “NO DCI”. Cette indication est reprise depuis longtemps par l’APB dans sa base de données administrative que les maisons de soft reçoivent. Parallèlement vous pouvez également vérifier cette info sur le site web www.tarifapb.be dans le module DCI. Au cas où la combinaison “molécule + dosage + voie d’administration” n’est pas indiquée pour une prescription DCI (donc “NO DCI”), un texte rouge s’affiche clairement sur ce site.

 

Qui plus est, en ce qui concerne le méthylphénidate, dans toutes ses formes et dosages, l’AFMPS/CBIP n’indique pas qu’il s’agit d’un cluster “NO DCI”. Prescrire sous DCI est donc dans ce cas bien possible et permis.

 

Méthylphénidate en DCI, remboursé 

Plus spécifiquement pour le méthylphénidate, en cas de prescription sous DCI, le choix de la marque aura déjà été effectué, quand le médecin aura demandé le remboursement et donc l’autorisation. Le pharmacien peut très simplement sur base du numéro de paragraphe mentionné sur l’autorisation / attestation déterminer quelle marque / spécialité le médecin a en tête. Les spécialités reprises ci-dessous sont en effet remboursables, chacune suivant son propre paragraphe. Une attestation pour un paragraphe bien défini n’est pas valable pour un autre paragraphe. Il n’y a donc pas « d’interchangeabilité » réciproque et donc pas de confusion possible.

CNK

Dénomination

Numéro paragraphe

3151156

RILATINE PI PHARMA COMP 20 X 10MG

3130100 ou 3130200

0012286

RILATINE COMP 20 X 10 MG

3130100 ou 3130200

1766625

RILATINE MODIFIED RELEASE 20 MG CAPS 30X20MG

3460000

1766658

RILATINE MODIFIED RELEASE 30 MG CAPS 30X30MG

3460000

2995900

EQUASYM XR 10 MG CAPS LIBERATION MODIFIEE  30

6960000

2995884

EQUASYM XR 20 MG CAPS LIBERATION MODIFIEE  30

6960000

2995892

EQUASYM XR 30 MG CAPS LIBERATION MODIFIEE  30

6960000

 

Méthylphénidate en DCI, non remboursé

En cas de récipé prescrit sous DCI, le pharmacien peut procéder au choix de la marque. De bons soins pharmaceutiques consistent à s’assurer de bien délivrer la spécialité que le patient prend habituellement et que le médecin a en tête. Il y a effectivement des différences dans les propriétés pharmacocinétiques des marques existantes. S’il s’agit d’une première délivrance, un petit coup de téléphone au médecin donne vite la réponse...

© 2021 KLAV - Ilgatlaan 5 - 3500 Hasselt - T: 011/28 78 00 - F: 011/28 78 01 - info@klav.be - Sitemap - Disclaimer - Privacy Policy